Comment préparer un cours de collège ou de lycée

professeur préparant un cours

Préparer un cours de collège ou de lycée

Je commence cet article par une petite anecdote…

Lorsque j’ai commencé dans un collège du Finistère en tant que remplaçante contractuelle, j’ai dû assurer des cours de français pendant trois semaines, sans aucune préparation. J’étais à la fois très heureuse que le rectorat ait répondu positivement à ma candidature si vite (un mois après) et en même temps, c’était la panique.

Comment fait-on pour enseigner ? Comment concevoir un cours ? Comment dois-je m’y prendre ? Je n’y connaissais strictement rien. Je me suis posé une tonne de questions. Je n’étais pas du tout à l’aise pour préparer un cours de collège ou de lycée ni même pour me lancer. Je pense que beaucoup de collègues vont se reconnaître dans ce que j’ai vécu.

J’avais tout de même un avantage énorme par rapport à un prof débutant complètement étranger au système éducatif. Je connaissais parfaitement le fonctionnement d’un collège et d’un lycée. Mon expérience de quatre années en tant que surveillante d’externat et maîtresse d’internat m’aidait, j’arrivais en terre connue. Aujourd’hui, ce travail de surveillance correspond (entre autres) au travail des assistants d’éducation. À l’époque on utilisait le terme « pion ».

Alors, comment j’ai fait ? Et bien j’ai beaucoup stressé. J’ai pris les manuels scolaires qu’un secrétaire de l’établissement m’avait « gentiment » confiés et j’ai prévu de faire avec les classes des exercices simples suivis de leur correction. Le programme pour chaque niveau me semblait immense et complexe. Je n’avais pas encore intégré les notions de séance, d’objectif, de progression, etc.

Ce remplacement avait lieu de mi-mai à fin juin. L’année se terminait. Il y avait deux choses dans la balance. La première, les grandes vacances approchant, le gros du programme avait été fait (donc j’avais moins de pression). Et la deuxième, moins sympa, les élèves étaient démotivés et énervés. Il allait falloir canaliser les débordements d’énergie.

Cette expérience de « saut dans le vide » est hélas très courante, si ce n’est habituelle chez les enseignants contractuels que l’on jette dans la fosse aux lions sans préparation. Il faut commencer (souvent sans conseil et sans aide) devant un public qui ne vous connaît pas du tout et découvre votre arrivée, parfois le jour même.

Si vous voulez avoir accès dès maintenant à des solutions concrètes pour être plus à l’aise devant vos classes, un livre numérique vous attend.

La préparation d’un cours : comment procéder ?

Conseils et avertissements qui vous seront utiles

Avant de proposer des conseils pour préparer les cours, voici quelques avertissements :

Soyons clairs, vous allez tâtonner longtemps avant d’être satisfait de vos préparations de cours. Après vingt ans d’ancienneté, je n’étais toujours pas entièrement satisfaite du travail effectué. En fait, c’est tout à fait normal de remanier ses préparations de cours. Ils sont toujours perfectibles. Je dois absolument mentionner la citation de Boileau, on ne se refait pas…

“Vingt fois sur le métier remettez l’ouvrage,

Polissez-le sans cesse et repolissez,

Ajoutez quelquefois et souvent effacez”.

Attention, il faut raison garder et ne pas tout déconstruire à chaque fois. Essayez de conserver une structure stable avec vos objectifs généraux. Ne refaites pas tout, changez plutôt quelques activités. Un cours bien fait et qui marche, doit vous servir plusieurs fois, voire plusieurs années. Il faut faire une mise à jour régulière bien sûr.

Revenir sur ce que l’on a expérimenté, c’est normal voire indispensable. Cela fait partie du métier. Il faut avoir une approche réflexive qui implique d’analyser ce qui fonctionne et ce qui échoue. On peut ensuite réajuster. Les classes sont différentes et on s’aperçoit que ce qui peut marcher avec l’une peut rater avec l’autre. La relation que l’on instaure avec ses classes peut influer sur la réception du cours.

Avec l’expérience que vous engrangerez vous aurez plus de recul sur votre pratique et vous  envisagerez les choses différemment. Ce sera le cas au sujet de la façon d’aborder certains points du programme par exemple. Les choses ne sont jamais figées, c’est ce qui fait le sel de notre métier ! 

Le préalable avant la préparation d’un cours de collège ou de lycée

Il faut d’abord et toujours réfléchir en fonction d’objectifs à atteindre pour les élèves. Le maître-mot à garder en tête est donc OBJECTIF. Votre enseignement est basé sur deux axes, les connaissances et les compétences. Bien, et vous devez vous demander : je fais telle activité avec la classe, mais pourquoi ? Dans quel but ? Quel sens les élèves vont-ils pouvoir donner à ce que je leur fais faire ? Que vont-ils apprendre ? Que vont-ils savoir faire à l’issue de la séance ? Fixer des objectifs généraux en fonction des programmes est important. Ensuite, vous posez des objectifs intermédiaires plus ou moins complexes mais surtout progressifs !

Préparer une séquence entière plutôt qu’un seul cours

Ensuite, évitez de préparer vos cours un par un. Construisez plusieurs cours à la fois. Constituez dès le début une trame de séquence complète (on parle de chapitres dans certaines matières). Personnellement, je prépare mes cours de collège et de lycée à partir d’un tableau à plusieurs entrées

À gauche (colonne) quatre semaines découpées en heures (séances). En gros, 4 semaines à environ 4 heures de cours (pour le français). Cela correspond à 16 séances. Sur l’axe horizontal, en haut du tableau, je place les objectifs, les activités (exercices, leçons, recherches au CDI, évaluations, sorties…), le type de support, et enfin une case vide pour faire un ajout si besoin ou un commentaire en cours de séquence. Je n’oublie pas dans ce tableau de placer les évaluations intermédiaires.

Avec cette méthode, vous avez une vision globale de ce que vous allez faire avec vos classes. C’est d’autant plus pratique lorsqu’on voit la même classe 3 ou 4 fois dans la semaine. Il faut beaucoup de contenu différent sur peu de jours. Avoir de la visibilité sur ce qu’on va faire est important. On est beaucoup plus rassuré.

Vous écrivez un à un les objectifs, les activités et les supports en fonction des fondamentaux de votre discipline. Ainsi lorsqu’on prépare une séquence sur le récit d’aventure en classe de 5ème, il faut s’appliquer à varier les activités et les supports en fonction des compétences de lecture, écriture, oral et outils de la langue. Il faut alterner plusieurs types d’activités pour travailler les quatre piliers. On doit rechercher un équilibre et varier les tâches pour que le cours ne soit ni rébarbatif ni monotone. On cherche une dynamique !

Il est probable que dans les premiers temps, vous n’arriviez pas à tenir le cadre que vous aviez prévu. La notion de temps est un paramètre très compliqué à gérer lorsqu’on débute dans l’enseignement. Je tiens à vous rassurer. Il est fréquent qu’un chapitre traîne en longueur, on ne prend pas assez en compte la lenteur du groupe lorsqu’on fait nos préparations de cours.

Vous l’avez compris, être efficace pour préparer un cours de collège ou de lycée passe par de la méthode. Vous devez ne surtout pas penser au jour le jour mais à moyen terme voire à long terme. Vous optimisez ainsi votre temps de préparation, vous faites baisser la charge mentale et vous gagnez en sérénité.
N’hésitez pas à donner votre avis sur cet article ! J’attends vos retours et vos idées

I

Rechercher

Catégories

Articles récents

Cet article vous a plu ? Vous pensez qu’il pourrait intéresser votre réseau ? Partagez-le sur Facebook, par mail ou WhatsApp !

Facebook
Email
WhatsApp
On en discute ?

2 réflexions sur “Comment préparer un cours de collège ou de lycée”

  1. Un article vraiment très instructif, je ne suis pas prof mais pour créer des formations c’est une source d’inspiration. S’il s’agit de créer et de lancer des formations à distance, les professeurs ont un avantage certain sur les autres, comme toi, vous avez une solide base, aussi bien avec la technique ou la pratique. J’ai apprécié découvrir ta façon de faire et les détails que tu donnes. Merci

    1. Merci Florent pour ton commentaire. Ma démarche est de donner des conseils concrets le plus possible. Ton avis m’encourage à continuer dans ce sens !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus
d'articles