Le stress de l’enseignant débutant

professeure stressée

Le stress de l’enseignant débutant ?

Aujourd’hui je vais aborder le stress que l’on ressent lorsqu’on débute. En entrant dans le métier, on peut ressentir à certains moments de l’anxiété, du mal être, de la peur… Toutes sortes de sentiments négatifs qui compliquent la prise de fonction. Selon moi, les premiers temps dans le métier sont générateurs de stress pour des raisons spécifiquement liées à l’inexpérience. Heureusement, les choses s’apaisent avec la pratique. Voyons ensemble quels sont les contours de ce fameux stress de l’enseignant débutant. Comme dans les autres articles de ce blog, je vous propose quelques pistes pour vous sentir mieux dans votre métier. Allons-y !

Les raisons qui font monter le stress de l’enseignant débutant

La préparation des cours

La préparation des cours est une activité sacrément difficile au début. Personnellement, j’ai démarré en tant que contractuelle dans un collège. Lorsque j’ai pris connaissance de mes niveaux de classes, la première question qui a été source d’angoisse a été :

Comment s’y prend-on pour préparer les cours de collège ou de lycée ?

Je n’avais pas la moindre idée de ce que pouvait être une séance, une séquence, une progression annuelle. Préparer un cours de collège ou de lycée est une tâche complexe. On ne devient pas pédagogue en quelques jours.

Il faut se rassurer, en se disant que notre projet sera imparfait, mais perfectible. La mise en œuvre en classe vous permettra de faire des ajustements, d’enlever ou d’ajouter des activités.

Un collègue m’a dit de prendre connaissance des Instructions officielles, que c’était indispensable. Pour être honnête, j’ai trouvé la lecture indigeste, le contenu étant beaucoup trop dense pour la néophyte que j’étais. Les notions de savoir-faire, de compétences, d’objectifs, de méthode d’induction ou de déduction, etc. Tout me semblait obscur.

Très sincèrement, je lisais un texte dense qui ne me disait pas vraiment COMMENT préparer un cours. J’ai éprouvé de la frustration, et même de la panique. Je pense que j’attendais plus ou moins une méthode à suivre. Je vais être honnête, c’était alors pour moi du charabia qui ne m’a pas aidé sur le moment.

L’étape de la préparation est complexe, il faut beaucoup de temps pour se construire une méthode d’enseignement personnelle efficace. Avec le temps, vous saurez construire des cours qui prennent en compte les enjeux des programmes.

Le face à face avec les élèves génère de la tension

Je tiens à vous rassurer en vous disant que pour la plupart des enseignants, s’adresser à une classe pour la première fois a été très stressant. Les veilles de rentrée sont encore source d’inquiétude, même après des années d’exercice.

La raison est simple : le prof s’adresse à un groupe qu’il ne connaît pas ! De plus, il est censé être à l’aise ! Pour tout le monde, les collègues sont supposés prendre en charge leurs classes sans appréhension ! En y réfléchissant, au cours de ma carrière, je crois n’avoir jamais entendu parler de cette peur, pourtant légitime.

Je veux dire que personne ne parle de la pression liée à la rencontre avec les classes, en tout cas ouvertement. Le stress de l’enseignant est encore un sujet tabou.

Chacun semble vivre cette étape (cruciale) comme si ça allait de soi, or, c’est un moment difficile, très anxiogène. Il faut parfois plusieurs semaines avant d’aller en cours, relax, détendu… Et encore. La relation ne se construit pas toujours rapidement, hélas.

Donc, si vous êtes anxieux, très stressé à l’idée de faire vos premières rencontres avec vos élèves, sachez que c’est normal ! C’est d’autant plus difficile si vous faites votre rentrée en cours d’année, lors d’un remplacement. Le groupe classe se connaît et connaît tous les enseignants de l’équipe pédagogique. Vous, vous êtes l’inconnu qui débarque.

Les tâches en dehors de la classe favorisent la fatigue

Vous avez pu constater que le travail en dehors des préparations de cours et des heures en classe est important et chronophage. Une multitude de tâches parasite notre cœur de métier et génère de la fatigue supplémentaire. L’enseignant débutant est souvent submergé par le travail administratif auquel il n’est pas préparé. Il est fatigué par la charge mentale qui est très lourde.

Solutions pour réduire le stress du professeur débutant

En classe face aux élèves

Mais, heureusement, on n’arrive pas devant une classe sans « partition ». Le temps de préparation (à privilégier) qui a précédé est une ressource précieuse qui aide à surmonter la peur de ce face à face tant redouté. Vous n’êtes pas jeté dans l’arène sans rien. Vous allez vous appuyer sur votre personnalité pour prendre contact avec les élèves.

Soyez vous-même et rappelez régulièrement ce que vous attendez du groupe.

Parlez le plus naturellement et le plus sincèrement possible. Les élèves sentent un discours authentique. N’adoptez pas un ton mielleux non plus. Adoptez un ton suffisamment ferme, qui montre que vous savez ce que faîtes et ce que vous voulez obtenir d’eux.

Pour vous rassurer, préparez ce que vous comptez leur dire sur une fiche que vous placez sur votre bureau. Cela tiendra lieu de guide. Aidez-vous du tableau et du vidéo-projecteur pour attirer les regards sur une autre « cible ». Vous continuerez vos explications, mais avec un support. Vous avez ainsi un double bénéfice.

Vous éloignez « un peu » l’attention qui se trouve à 100% sur vous au début de l’heure et vous facilitez la compréhension de votre message par un support visuel. 

Ne soyez pas trop stressé. Vous verrez qu’une grande partie de vos interventions se feront spontanément. Vous donnerez une consigne, répondrez aux questions, en fonction des interactions avec la classe. Il y a une part d’improvisation qui se fait naturellement. La classe est vivante et c’est un partenaire qui va vous aider à trouver la bonne stratégie pour la gestion de classe !

Encore une chose : faites-vous confiance. Plus vous avancerez, moins la montagne vous semblera grande !

La préparation des cours et les tâches administratives

L’enseignant débutant se met une pression d’enfer au moment de la préparation du contenu pédagogique. Le stress au travail peut être très intense à ce moment-là.

Vous passez un temps fou à élaborer des supports. Vous prévoyez une tonne de choses à faire en une heure. Mais, cela ne se passe pas comme prévu. Votre leçon passe mal, les objectifs sont trop ambitieux. Vos exercices sont trop compliqués, les élèves rechignent à se mettre au travail, etc. Cela vous contrarie, évidemment. Si cela se reproduit plusieurs fois, et avec plusieurs classes, vous serez déstabilisé, c’est logique.

Mon conseil est d’essayer de relativiser, même si ce n’est pas facile. Il faut intégrer l’idée que ces moments d’expérience mitigés voire négatifs avec vos classes sont inévitables. Ils font partie de votre apprentissage. L’essentiel est d’avoir un regard bienveillant sur vous-même en vous disant que vous avez fait des erreurs, soit, mais vous avez appris de ces erreurs.

Et puis, surtout, gardez en tête vos petites satisfactions, vos réussites, il y en a forcément eu au cours de la semaine ! C’est là que se trouvent les clés pour garder la motivation.

Le sujet du stress de l’enseignant débutant est malheureusement peu abordé au sein des établissements scolaires. Pourtant les professeurs, quel que soit leur nombre d’années d’expérience, ont à faire face à ce phénomène de stress, et même de burn out. Certains collègues sont prêts à échanger à ce sujet. N’hésitez pas à parler de l’anxiété qui pourrait s’avérer gênante au quotidien.

Rechercher

Catégories

Articles récents

Plus
d'articles